Le député de Rimouski trace le bilan de la dernière session parlementaire.

Rimouski, le 11 décembre 2019 – En marge d’un rassemblement de militants et sympathisants tenu ce soir à Rimouski, où sont présents les députés de Matane-Matapédia et de Rimouski, Pascal Bérubé et Harold LeBel, ce dernier en a profité pour dresser un bilan mitigé de la dernière session qui a pris fin samedi dernier très tard en soirée par un bâillon.

Cette session a été lancée en promettant des actions pour le français. C’était censé être la session de la langue; ce qui n’a pas été le cas, au contraire, rien n’a été fait, c’est plutôt devenu la session des erreurs.

Le gouvernement a subi un revers majeur en présentant une réforme improvisée du PEQ, le Programme de l’expérience québécoise. La grogne notamment de l’UQAR et des CÉGEPS ici en région l’on forcer à reculer! Le gouvernement caquiste a aussi été obligé de corriger le tir quant à son projet de loi sur l’assurance parentale, car il brisait une promesse faite aux parents adoptants. Autant d’erreurs, autant d’interventions du Parti Québécois qui ont contribué à les mettre en lumière », a détaillé Harold LeBel.

Le député estime qu’une autre grave erreur du gouvernement, c’est l’entêtement dont il fait preuve dans de nombreux dossiers. « Malgré l’explosion stupéfiante des coûts des maternelles 4 ans, le gouvernement continue de s’enfoncer avec ce projet qui répond à une question que personne ne se pose. À plus de 1 M$ par classe, imaginer combien de place en CPE aurait pu être créée. Les caquistes sont aussi parvenus à faire l’unanimité contre eux avec leur projet de loi sur les tarifs d’électricité, imposé par un bâillon, qui va coûter 600 M$ aux consommateurs, sans pour autant qu’on leur rembourse les trop-perçus! », a-t-il ajouté.

Le travail des députés du Parti Québécois aura été pourtant constructif et porteur de résultats pour les citoyens. « La récente mise à jour économique a été marquée par la décision de rendre automatique le versement du crédit d’impôt pour solidarité à des personnes démunies; il s’agissait d’un combat mené par le Parti Québécois depuis plusieurs mois! Et que ce soit à propos des pesticides, du TDAH, des fuites de données, ou de l’avenir des médias régionaux, nous avons aussi amené le gouvernement à tenir des auditions publiques sur des enjeux importants pour les Québécois. Reste maintenant à nous assurer que ces commissions parlementaires débouchent sur des recommandations concrètes, ce à quoi la CAQ semble réfractaire», a mentionné le député Harold LeBel.

« Personnellement, j’ai déposé un projet de loi important prévoyant la création d’un Protecteur des droits des aînés et je suis intervenu souvent pour la dignité des personnes âgées notamment sur l’urgente amélioration des conditions de travail des préposés aux bénéficiaires. Un engagement pour le droit des aînés qui s’est prolongé dans la circonscription par la tenue du colloque « Bien vieillir dans Rimouski-Neigette ». Il reste bien sûr du travail à faire, je pense aux enjeux du monde agricole, de la vitalité rurale et de l’accès aux services de proximité en santé. Là-dessus, comme sur les autres enjeux socio-économiques, les Québécois et les Bas-Laurentiens peuvent compter sur notre engagement indéfectible, » a conclu le député de Rimouski à l’Assemblée nationale.

[30]

SOURCE :
Marie-Josée Chassé
Bureau d'Harold LeBel, député de Rimouski
(418) 722-9787
marie-josee.chasse@assnat.qc.ca

Catégories :